08 – Katawa Shoujo, un visual novel au thème novateur

This post contains cripple pr0n  (huh !?)

Après Le sanglot des cigales, nous allons ce soir nous intéresser à un autre visual novel d’origine amateur, et pas des moindres puisqu’il s’agit en plus d’un jeu développé par des gaijin anglophones. Bien que seule une démo du jeu soit pour l’instant disponible (et qui correspondrait à environ 15% du jeu final), c’est plus que suffisant pour révéler toute l’originalité et la qualité que récèle Katawa Shoujo.

Présentons déjà les choses comme elles sont : ce jeu est un eroge, c’est-à-dire un jeu de drague harem avec des scènes de cul à la clé. Lesdites scènes sont cela dit absentes de la démo (à vous de voir si c’est un soulagement ou une déception xP ). Mais cet aspect classique dans le concept du jeu est largement rattrapé par le reste.

Ne le cachons pas plus longtemps, la première et plus frappante originalité de ce titre est que tous ses personnages (à l’exception des profs et autres membres du personnel) sont, de manière plus ou moins visible, handicapés ! Et cela va du simple sens manquant aux membres amputés, en passant par les cicatrices. Et bien sûr, le héros n’est pas non plus exempt de sa part de problèmes. Bienvenue dans le monde merveilleux de Katawa Shoujo.

Mais ce sont ces handicaps qui donnent au titre toute sa richesse. Tout l’intérêt des personnages se révèlent dans la manière dont ils vivent avec leur condition et la surpasse, et les réactions d’un personnage principal d’abord perplexe face à ce qu’il rencontre, et à qui il faudra du temps pour accepter aussi bien sa propre condition que celles des autres. C’est un univers particulièrement inédit qui s’ouvre à vous. Et notons que les personnages ne manquent certainement pas de mignonneté malgré leurs éventuels défauts physiques !

( HNNNNG… cette… loli… )

Mais l’originalité de Katawa Shoujo ne s’arrête pas là, puisqu’il reprend le concept  introduit par Clannad (et maintenant bien démocratisé je pense) de l’intrusion des personnages entre les routes des uns et des autres, mais le pousse encore plus loin, en introduisant ses personnages sous forme de duo d’amies, ce qui rend bien sûr leurs routes très liés l’une à l’autre. Les personnages n’étant jamais vraiment seuls, cela les rend moins dépendant du bon vouloir du joueur à les aider pour régler leurs problèmes. De plus, les duo intéragissent entre eux, et très généralement de manière conflictuelle (quand ce n’est pas carrément la guerre ouverte !), ce qui fait que la plupart de ces jeunes filles sont (très) loin d’être sans défense. Cette disposition tend à éloigner le complex des jeunes filles éplorées et isolées, réclamant chacune votre aide désespérément depuis leur coin.

Et à l’image de la qualité d’écriture du titre et de son originalité, c’est une réalisation optimale qui vient soutenir cet ensemble. Le graphisme est bon et agréable à l’œil, certaines scènes clés disposent de légères animations, et les sprites des personnages, parfois couplés à certains effets, sont utilisés de manière astucieuse pour retranscrire  l’action à l’écran. Bref, il est parfois difficile de se dire que c’est du travail d’amateurs que l’on a sous les yeux tant la réalisation poutre.

Pour enchaîner sur les faits plus drôles, le jeu contient un petit nombre de références, qui sont par contre très variées. Animes, bouquins, films américains, artistes connus, créations de fans impatients de leur saison 2… bref, tout y passe ! Et il y a de quoi pousser un bon « WTF! » quand on voit qui trône (littéralement) au milieu de la salle de classe…

( C’est quand le sosie de Harry Potter commence à vous faire une analogie sur Highlander que vous comprenez vraiment à quel point vous êtes tombés dans un monde de fous…)

Notons aussi que le jeu dispose déjà grâce à sa démo d’une fanbase conséquente et déjà pleine de gimmick stupides. Une fanbase très productives qui plus est. Entre les fanarts et les discussions douteuses de toutes sortes, en passant par les vidéos parodiques, prenez garde à votre santé mentale !

(Mais soyons tout de même justes, ce jeu semble aussi produire du bon dans les esprits de ses joueurs)

En téléchargement gratuitement sur le site officiel, la démo est fourni avec cinq langues différentes, dont le français. Traduction de bonne facture faite par Kawasoft qu’on remercie au passage, même si j’ai tout de même noté quelques expressions retranscrites trop littéralement semble-t-il (et que je leur ai signalé), mais rien qui ne perturbera vraiment les gens qui ne sont pas des « grammar nazi » comme moi xP (pour reprendre l’expression de certains)

Publicités
Cet article, publié dans Visual Novel, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 08 – Katawa Shoujo, un visual novel au thème novateur

  1. Faust dit :

    Ca m’a l’air très intéressant, je vais y jeter un coup d’œil de ce pas !

    « il est parfois difficile de se dire que c’est du travail d’amateurs que l’on a sous les yeux tant la réalisation poutre » -> perso, ça fait un moment que je ne crois plus que les professionnels ont de meilleures compétences que pas mal d’amateurs…

  2. Ping : Chosir la bonne fille dans Katawa Shoujo | Néant Vert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s